LE BIG JIM

Dans notre enfance on a connu bon nombre de jouets. Aujourd’hui, Barbie n’a pas perdu de sa popularité, mais le vrai mec de Barbie ce n’est pas Ken, mais Big Jim, lui c’était un vrai bonhomme !

1982. L’année ou on a définitivement perdu « L’île aux enfants », Casimir et toute sa clique ne faisaient pas la rentrée dans la grille télé de TF1. Fini la place principale de l’ïle pour enfants, le kiosque à bonbon de Julie, et la maison du « GROS » Casimir (pour votre santé manger 5 fruits et légumes pas jour). Cette même année, j’étais en CE2. Nos principaux loisirs étaient la cour en bas de chez nous. On jouait avec Lætitia, Sylvie, Grégory. Le mercredi j’allais de temps en temps voir mon pote Bruno, il jouait au tennis dans un club situé dans la rue des bateliers, près de Conforama. C’est surtout cette année que j’ai eu mon premier Big Jim.

BIG JIM AVENTURIERCe mercredi, comme je le faisais régulièrement. Je regardais Bruno mon voisin jouer au tennis. Il terminait son entraînement, et sur le chemin du retour me parlait du classement A.T.P. Alors que je regardais mes pieds. Ce que je kiffais en vrai avec lui, c’était d’aller dans son appart’, Bruno avait un trésor inestimable. Il avait des Big Jim ! A l’époque, j’habitais rue d’Estienne d’Orves. Et lui, une rue perpendiculaire. Mon père aimait bien Bruno. Parce que d’après mon père, il fallait avoir comme ami des gens différents de nous. En gros, et comme tous les darons, il ne voulait pas que je traîne avec les gens de mon « espèce ». J’avais déjà péta l’enveloppe de la cantine, voler quelques trousses, et pas mal d’images Panini. Je ne parle même pas de mon frère Hicham, et encore moins de Mohamed Saïd. Avec du recul, je dirai que mon père avait raison.

Dans la chambre de Bruno, c’était un truc de ouf. Il avait v’là les jouets. Mais je profitais d’un seul truc les Big Jim. C’était une figurine d’une vingtaine de centimètres. Il y en avait plusieurs avec différentes séries : Espace, espionnage, et Western. Les plus populaires était l’aventurier de l’espace et l’agent secret 004.  La particularité du Big Jim c’est qu’il avait un poussoir dans le dos, t’appuyais et le bras se levait. Y avait aussi selon les figurines d’autres particularités. Certains changeaient de visage quand tu appuyais sur leur dos, ou quand tu bougeais leurs bras. Et il y en avait un paquet. Il y avait aussi plein d’accessoires, de tenues. En 2009, avec le Iphone etc. Tu es mort de rire quand tu lis ça, mais en 1982, tu es comme un ouf quand tu vis ça ! Le micro ondes n’existait pas, et même la télécommande. L’après midi passait et  je jouais avec le Big Jim. Bien sur, il fallait rentrer à la maison, et crois moi j’étais dégoutté mais j’avais tellement kiffé.

BIG JIMCe soir là, allongé dans mon lit, j’étais comme un ouf. Je ne pensai qu’à ce Big Jim. Les mois d’octobre et novembre sont passés. Comme chaque année, on fêtait Noël. Ma mère nous achetait chacun un gros jouet. Et cette année je lui ai demandé un Big Jim. Comme avec mon frère, on était déjà malin, et que ma mère aimait bien faire une mise en scène pour Noël. On faisait supposer qu’on croyait en l’existence du père Noël. Alors bien évidemment, on a fouillé dans toute la maison pour trouver les cadeaux avant l’heure. Mission accomplie. Après une fouille digne des stups, les jouets étaient planqués dans l’armoire de mes parents. On passait quinze jours de ouf. De 08h00 jusque 17h00, j’en pouvais plus.

Moi (en mode chacal) : Patate direct dans les méchants !!
Big Jim (en mode épuisé) : Et gamin ! Doucement !  T’as jamais eu de big jim de ta vie ou quoi ?!!!
Moi (en mode film d’action) : là y a un vol, faut que tu mettes encore une patate !!! Patate !! Patate !!
Big Jim (en mode chambreur) : Gamin ? Tu viens du bled ou quoi ??
Moi (en mode steven Spielberg) : vite la voiture…Ils vont s’échapper !
Big Jim (en mode victime) : ahhhhhhhhhhhhh mon biceps ! T’es un ouffff!!!!!!
Moi (en mode Nick Tip avec un couteau de cuisine) : oh…. Ben y a rien sous son biceps…

Mais l’heure du retour des parents arrivait, alors on remballait tout. A table, je faisais style que j’étais pressé d’arriver à noël. Le soir du 24 décembre arrivait, et en mode mythos, avec mon frère on pleurait de joie. Ma mère m’a attrapé dans la cuisine et m’a gentiment souri en me disant : « j’espère que t’as bien profité de tes jouets pendants les vacances ». Rien que pour ça, je garderai toujours un bon souvenir de mon big jim. Il n’a pas terminé l’année, j’ai du le casser, après lui avoir charcuter le bras. Excuses moi BIG JIM Si je t’ai fait du mal.

3 commentaires pour LE BIG JIM

  1. Nadia dit :

    t’etais quand même gaté car ta maman etait d’origine française donc tu fetais noel. Moi avec mes 36 frères et soeurs et nos origines du bled, pas de noel et pas de gros jouets, à part ceux fournis par le taff de mon daron !! ah oui merci Eurocopter…
    Mais quand même on arrivait à se rattrapper avec les catalogues de jouets de noel, je me souviens qu’on découpait les articles sur le journal et on choisissait tous les jouets qu’on kiffait. On ecrivait une lettre au père noel avec preuves à l’appui lol je sais pas si c’est la poste qui a mal fait son taff, mais j’ai jamais eu ces cadeaux tant espérés

  2. rachidsantaki dit :

    Oui j’avoue que j’étais gaté. Pour les lettres, je pense qu’elles ne sont jamais arrivé à destination, sinon tu aurais eu tous tes cadeaux. aujourd’hui, on peut meme plus faire croire aux enfants d’envoyer un courrier, y a le suivi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :