Le rubicube, la grosse embrouille des années 80

1981. C’était l’année de la naissance de la fête de la musique mais aussi l’année où la mort emportait deux icônes internationales de la musique. La première figure s’appelle Bob Marley, il porte des dread locks, et incarne le reggae. Il  s’éteint d’un cancer en mai. La seconde personnalité, Georges Brassens, un grand monsieur de la chanson française, est lui aussi terrassé d’un cancer en octobre. On apprendra en classe quelques unes de ses chansons, dont Les Amoureux Des Bancs Publics, L’auvergnat. Au cinéma, Harrison Ford  vêtue d’un chapeau, incarne Indiana Jones, et cartonne au box office. François Mitterand devient président de la république.

J’habite à Saint Ouen, èlève en CP à l’école primaire Bachelet. Mes potes s’appellent Samir, Bruno ou Benjamin, c’est l’innocence, et surtout l’enfance dans la ville du marché aux Puces, et de Paulette Fost. Je kiffe regarder les aventures du capitaine Flam, d’Albator et courir dans la cour de récréation. Cette année, c’est celle où je vais prendre la tête à cause d’un mec, Erno Rubik. Un type des quartiers chauds de Hongrie.

Alors que nous sommes dans la cour d’école. Mon camarade de classe, et pote David Cohen qui est toujours en avance ramène une espèce de carré avec différente couleurs. David et Melinda habitent dans une maison près de la cité Emile Cordon. Ils ont les moyens, car il faut le reconnaître rien que la paire de basket de David, paye tout  les vêtements du marché de Garibaldi que j’ai sur moi. Mais il n’en joue pas, et c’est pour ça que j’aimais bien la famille Cohen. Ils étaient tellement sympa, et marrant qu’à chaque fois qu’ils arrivaient dans la cour d’école, ou que je les croisaient dans Saint Ouen, Kamel d’Alliance Ethnik apparaissait et chantait « Simple et Funky ». En fait, ces deux personnes me donnaient l’impression d’être sortis tout droit de Walnutt Grove par leur gentillesse. Nan, j’te jure copain et copine lecteur, et tout ceux qui les connaissaient te le diront.

David Cohen me dit que le machin en question c’est un cube magique et qu’il faut réunir toutes les couleurs sur la même face. Le frère de Melinda manipule le cube, et en quelques minutes il parvient à assembler les quatre faces. A première vue, ça a l’air simple son truc, et j’vois pas l’intérêt. Il mélange les couleurs, et me tends ce drôle de carré. J’agite mes doigts autour du carré. Une fois, deux fois, trois fois… Mais rien à faire, je ne comprends pas, et ne parviens pas. Je deviens ouf !! David sourit, pendant que je fronce mes sourcils. Tous les muscles de mes gros cheveux se contractent. La vérité, copine et copain lecteurs, c’est que je suis un petit du bled, et le rubicube ce n’est pas mon truc. Les autres copains dans la cour s’y mettent, et parviennent, je rage et rêve de réussir aussi. Mais rien à faire, une fois que j’ai presque tout aligné, y a ce carré tout seul qui fait sa caillera. Je ne tente rien à faire. Je fronce encore plus les sourcils, rien à faire.

La journée se termine, et sur le chemin de l’école, je pense à ce drôle de casse tête : rien que je cogite. J’attends alors ma mère dans le couloir de notre bâtiment, et je repense à ce drôle de cube. Le soir, à la maison, je prends la tête à ma mère pour avoir mon rubicube.
reconstitution :
Maman, y a un truc pour devenir le plus fort du monde à l’école !
Quoi ?
Un cubicube…
Un quoi ?!! Demandes à ton père !
Un cubicube…
Mon père qui faisait de la boxe anglaise m’enchaine d’un crochet droit, d’un direct du gauche, suivi d’un uppercut droit. Sa combinaison me laisse à terre, pensant que j’avais dit un truc louche.

Pas de gros mot ici !!

Après avoir compris que c’est un jouet, mon père me regarde pendant que ma mère joue les soigneurs. Elle décide de me l’acheter car je lui promets d’avoir de bonnes notes à l’école, de porter les courses pour aller au marché, et quand je serai milliardaire de lui acheter une maison à Barlin. Rassures toi, je n’ai jamais eu de bonnes notes… Les courses au marché, je les esquivais… Et à priori, sur mon compte, y a pas eu plus de deux zéros… Mon père qui a grandi au bled, et qui a commencé à travailler à douze piges ne comprend pas pourquoi un gosse peut réclamer des jouets.

La journée passe, et David me prête encore son rubicube. Le problème est toujours le même, ce carré rebelle continue à foutre le bordel dans ma vie de gosse. L’école se termine. J’attends dans le couloir, et voit défiler les voisins. Vers 18h00, ma mère rentre avec dans son sac le précieux Rubicube, qu’elle a acheté au prisu. (A ce moment là, y a le générique de Mama Lova d’Oxmo Puccino qui se déclenche). Je pose mon cartable, serre fort ma mère dans mes bras puis m’assoie dans le canapé. Je mettrai toute ma volonté à tenter d’aligner les neufs cases de la même couleur. Impossible. Mon père rentre du travail, et qui fait mine de lire le journal, ne s’aventure pas dans ce genre de défi. Je passe ma soirée devant mon carré, mon frère Hicham me regarde. Il tente aussi. En vain, le rubicube devient rapidement une family affair.

Le soir dans ma chambre, je pose le rubicube à coté de moi. Tu sais copine et copain lecteur, quand on est petit, on a tendance à gober tout et n’importe quoi. A cette époque, je me suis dit que le magic cube, ben c’était peut être comme les pouvoirs de Spectreman, ou d’Hulk. Un truc qui allait dégager des rayons gamma et me rendre fort. J’ai passé plus d’une heure à attendre que le Magic cube émette des radiations, on a rien vu.

Le lendemain, dans la cour d’école, les plus forts en maths, s’amusent à aligner rapidement les neufs carrés de la même couleur, j’ai lâché l’affaire depuis la veille. Pire!! Certains réunissaient les couleurs du rubicube, les yeux fermés ! Même avec les yeux grands ouverts, en position plein phare et anti-brouillard, j’y parviens pas. J’avais déjà des signes, ceux que mon Q.I ne dépassait pas celui du daron Simpsons. Un jour, pour me faire remarquer par Virginie Lattenzio, je trouve une parade un peu pourrie. Les couleurs du rubicubes sont juste des carrés de couleurs adhésifs. Alors j’intervertis la couleur qu’il me manque. Mais pas de chance, je perds une des couleurs.
Mon rubicube : Cousin, tu fais quoi ??!! T’es un ouf toi ! Tu fais tout ça pour une meuf !!
Moi (les sourcils froncé et en train de faire une baston de regard) Pourquoi !!
Mon rubicube (quatre stickers en moins, en train d’hurler) lâches moi, pourquoi je suis tombé sur le seul arabe qui sait pas compter ! On  serait jamais arriver à Poitiers avec toi, cousin !
Moi (les ongles affutés ) Je vais arracher tous les autres carrés jaunes comme ça, ça fera une face noire.
Mon rubicube : Il va me démonter ce ouf. Mais c’est quoi ce mec ! Hey Lattenzio, dis à ton vieux mec de me lacher…Laches moi j’tai dis !!

Plus tard, je démonterai mon rubicube pour comprendre le système, et ma mère se tirera les cheveux, le jouet n’a pas tenu la semaine, et Erno Cubik s’est fait un billet sur nous. Le fameux casse tête a même été décliné en porte clefs, Nike en a fait une édition collector, et True Soul a fait un T-shirt avec ce thème.

L’année d’après le rubicube est devenu un triangle mais plus personne ne kiffait. Malgré les années, je pense que je serai toujours aussi nase pour aligner les cases, alors j’ai choisi d’écrire des livres. Quand à toi, copine et copain lecteur, tu finiras de lire ces lignes en te souvenant que t’as du toi aussi décoller les couleurs, mais tu hocheras la tête, comme si c’était pas le cas.

4 commentaires pour Le rubicube, la grosse embrouille des années 80

  1. cp5crew dit :

    Haaa le Rubik cube, pfff le truc que j’ai jamais réussi à faire également c’est d’obtenir un jolie cube noir à force d’enlever et remettre les stickerz.

    Par ailleurs j’ai trouve des video assez éloquentes sur la méthode employée pour résoudre le problème et bien évidemment c’est un modèle de contre exemple, regarder et surtout !!! Ne faites pas comme eux, suivez plutôt mon conseil ;-D

    http://cp5crew.wordpress.com

    > Kretsi Cp5

    PS: désolé pour le retard, je viens d’éclaircir quelques dates, je t’envoie ça rapidement.
    salutations;

  2. cp5crew dit :

    trop Larshouma , j’ecris comme je aprle, c a dire comme un cancre et sans me relire..

    stp si possible , modidier mon commentaire, quitter le : egalement

    et >obtenir pas obtneir

    et > sur la méthode pas sau!!!

    et l’url de mon « article » de reponse

    http://cp5crew.wordpress.com/2010/02/11/rubik-kube-la-solution/

    si tu as un peu de temps pour le faire, milles merci

    sinon tant pis cela me feras les pieds.

  3. […] à l’article lu sur le blog de Mec à L’ancienne et qui traite du dit sujet la perverse invention de Mr RUBIK. Un blog qui est excellent. Je […]

  4. malou dit :

    J’aime votre touchante sincérité et honnêteté intellectuelle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :