COBRA

25 octobre 2009

1985.  L’année de la générosité ; Coluche lance les restos du cœur, et Michael Jackson nous fait pleurer sur We Are The World, chanson où il réunit les plus grands artistes internationaux de la musique.  C’est la musique anglo-saxonne qui domine les ondes : The Cure, A-Ha… Cette année là, ma mère kiffe Daniel Balavoine et sa chanson l’Aziza. Y a pas à dire, c’était un mec bien ce chanteur. Au cinéma, c’est Retour Vers Le Futur avec Marty Mc Fly et Doc.

cobra 1

Mais l’un des événements majeurs de cette année 1985, c’est bien sur un nouveau dessin animé, un blondinet qui dissimule un rayon laser dans son bras. Un certain Cobra.

Je suis âgé de douze ans, et élève au collège Jean Jaurès en cinquième avec Pascal Dareau, Laetitia Fournier, Stéphane Marc, karim Kelfaoui, les belles Evelyne et Linda. Mes matières préférées sont les arts plastiques, parce que j’aime dessiner, et l’EMT avec ce prof sympa, Monsieur Molk. Avec lui, on apprend à relier, et la vérité c’est qu’il a une sacrée moustache. Après l’école, c’est la maison, et malgré les conflits familiaux à la maison, avec mes frères, nous continuons de rêver du bled, de jouets par milliers, et surtout de nouveaux dessins animés.

Ce jour là, alors que nous sommes en fin d’après midi je rentre dans notre résidence à Saint Ouen. L’hiver est là, c’est le début de l’année et en enfant seul, je regarde le programme jeunesse. Un générique débute : Venu de Nulle part, c’est Cobra/Plus vif que le serpent, c’est Cobra/Personne ne l’aperçoit, c’est Cobra/Mais il est toujours là, c’est Cobra… Faut savoir que la voix du générique, est celle d’Antoine De Caunes, et que sa mère est alors directrice des programmes jeunesse d’Antenne 2. On a beau dire, mais fils de…ça date pas de l’affaire Jean Sarkozy… (Excuses-moi Antoines je sais que c’était que les génériques, ce n’est pas l’EPAD). Enfin en même temps moi aussi mon père me pistonnera plus tard pour faire de la manutention… Finalement on est tous « fils de… » Et c’est intéressant selon le milieu social. Tu connais la chanson d’Iam, nés sous la même étoile.

cobra 4Dans le générique, je vois la silhouette d’un mec balaise avec à la place du bras gauche, un canon laser. En plein générique, alors que je suis assis dans le canapé, le type défouraille direct ! L’épisode commence. Le mec qui vit dans le futur, les années 2000 (Je pense que toi aussi tu pensais que ce serait comme ça en 2000… Et oui, on s’est fait carna). Johnson, un smicard de l’espace est réveillé par son robot, alors qu’on est dimanche. Du coup, après avoir pris un café, le jeune homme se demande ce qu’il va faire aujourd’hui. Il se paye un ticket pour la maison des rêves, et il s’évade en devenant un pirate de l’espace, cobra. En réalité, Johnson ne fait que se souvenir qui il est, cobra. Il revoit sa vie passée, avec son lot de bastons, de trésor et de meufs. Un peu grande gueule, Johnson, emballé par cette expérience et son rêve se vante au casino d’être le fameux cobra, un pirate de l’espace. Après avoir remporté un paquet de fric, le patron du casino le convoque. De là, il se fait embrouiller par les videurs qui cherchent à le tuer, alors que les deux molosses sont sur le point de l’achever, le type découvre qu’il a une arme fatale dans son bras gauche, et leur fais un trou. Impressionnant ! C’est en panique qu’il se sauve chez lui. Mais le patron du Casino qui a découvert que c’est Cobra et qui le cherche depuis cinq ans décide de le tuer. Au final, Cobra l’abat et sous son robot domestique, se cache Armanoïde, une meuf en métal, et fidèle compagne d’arme.

EQUIPE RUGBALLJohnson qui se plaignait de sa routine, réalise que sa vie était plus qu’agitée auparavant. Il reprend la route de l’espace, (ce qui me parait chelou et peu crédible avec du recul, c’est que le type quitte sa vie, et ne pense même pas à faire le nécessaire pour toucher les Assedics) Si les premiers épisodes sont soft, la suite va me mettre en haleine. Cobra au delà d’être un dessin animé moderne, pour l’époque, fait sortir notre coté dalleux. Cobra, est un sadique, au même titre que Nicky Larson. Et du coup, nous aussi. Je me souviens que Marc, un de mes camarades de classe, n’en pouvait plus sur Jane, et Domnique. Un autre de mes potes sortir qu’avec des blondes. Quand à moi, je suis retourné le lendemain au collège, en me disant que j’avais perdu la mémoire et que j’étais moi aussi un pirate de l’espace. La vérité, j’étais juste un galérien de l’espace, mais à défaut d’avoir Dominique j’avais Evelyne, et Linda. Bon c’est vrai elles ne me calculaient pas, mais c’est une autre histoire. (ça te fait rire ? je vais te filer une paire de lunette Plasma, des Americana, et des gros cheveux, tu feras moins le malin !)

Quartier du vieux Saint Ouen
Moi (en mode Rox et Rouky) : Hey les gars…C’est où l’Ile des Vannes ?
Eux (en mode pirates de l’espace) : Prêtes-moi ta veste de challenger…
Moi (en mode Cobra) : Ecoutez les gars, ne me cherchez pas…
Eux (en mode Connards mort de rire) : Ah ouais…Tu vas faire quoi Yves Mourousi (Yves Mourousi portaient lui aussi des lunettes marrantes)
Moi (essayant de retirer mon bras gauche) : Rayon Deltaaaaaaaaaa !!!!
Eux (en mode warriors la partie commence) : Tous sur Yves Mourousi !!!!
Moi (en pleur, et en sang) : Merde…Mon rayon Delta ne marche pas.

Tu l’auras compris, chère copine et copain lecteur, ne confonds pas la fiction et la réalité. Le problème c’est qu’à l’époque, après les dessins animés, on ne précisait pas : « Toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existés ne saurait être que fortuite »

ARMANOIDECobra, m’a fait kiffer, car il avait de l’humour, et surtout que c’était un mec humble, et un chaud. Un vrai héros, presque comme moi à l’époque. Tous les aficionados du mec le plus chaud de l’espace te le diront, les épisodes les plus fous étaient bien entendu ceux avec la compétition de Rugball. Un sport violent entre le baseball, et le football américain avec aucune règle, puisque tous les coups sont permis. Parmi les membres de l’équipe, un grand nombre d’entre eux resteront sur le carreau. Je tiens à souligner qu’y avait des têtes qui faisaient flipper… Y a eu bien sur les épisodes de ouf comme l’homme de verre, et aussi Salamandar. D’ailleurs, Cobra ira retrouver deux de ses potos super chauds pour affronter ce redoutable ennemi. La série s’est terminée après m’avoir fait kiffer, bon bien sur à la fin de l’année j’aurai bien voulu avoir un canon laser, quand au conseil de classe, on a décidé de me faire redoubler. Mais ça c’est une autre histoire.

Plus tard, j’apprendrai que le dessinateur fan de Jean Paul Belmondo s’est inspiré de lui pour les traits du personnage Cobra, et de Jane Fonda pour les sœurs Jane, et Dominique (je ne me rappelle plus du blase de la troisième)… Ah si ! …Catherine. Il y a eu un film aussi. Mais je me suis arrêté au dessin animé.

Rachid Santaki

Bande son de l’article :
Prince « Purple Rain »
Samantha Fox « Touch Me »
Michael Jackson, Lionel Richie «We Are The World»
Rockwell «Somebody’s Watchin me»
Renaud «Mistral Gagnant»


Le BEP chaudronnier

1 juillet 2009

« Tu demandes à chaque mec des cités, t’as quoi comme diplôme, m’fin comme brevet ? Il va te sortir j’ai un BEP moi » – Peu de gens le savent –Opéra Puccino – Oxmo Puccino

Copain lecteur, et copine lectrice, cet article va rétablir les vérités sur le BEP. Car que tu aies un Doctorat, MBA ou encore un BAC plus 10, remballes car moi j’ai un BEP…autrement dit BAC moins deux et tous ceux qui sont passés par là te le diront…C’était mieux avant le BEP.

130869_Le-diplome-du-BEP1990, Saint Ouen, Lycée Blanqui. Le conseil de classe de seconde est terminé, et la nouvelle vient de tomber : Je dois redoubler, ou être réorienté…Attends copain et copine lectrice je t’explique ce que je kiffe…(Non, je l’ai déjà utilisé la rime de Kool Shen…) où ça se complique. Un palmarès de cancre : CP redoublé, 5eme redoublée et voilà qu’après être revenu dans le circuit général bien que la conseillère d’orientation aie réussi à m’orienter en 4eme techno, je suis face au mur de l’éducation nationale. Pas grave, je me barre en vacances au Maroc à mon retour et je chercherai une solution…

Le Globe, c’est un peu l’école de l’avant dernière chance car il faut l’avouer la dernière chance à l’école c’est le BEP chaudronnier (Une pensée à tous les victimes de ce BEP). Pour ma part, mon passage en BEP comptabilité est un accident de parcours (en réalité je crois que ma scolarité toute entière était un accident). Après mon retour tardif du bled, sans école, je trouve un établissement qui m’accepte. Stains, Le Globe. Le lycée professionnel se situe dans une ancienne école primaire. La directrice m’a prévenu, je vais être dans une classe qui est quelque peu « agitée ». Elle aurait du plutôt me dire que je vais être dans une version Harddcore du collège fou fou fou… Rei, Jim, et les autres onté été remplacé par Kader, Mohamed, Rafik et Mickael ! Je me retrouve dans une classe, qui d’après notre professeur de comptabilité est la pire de ses vingt années d’enseignement. Pour nous, élèves de cette classe, ce sera la meilleure de notre vie. Dois-je commencer par Mickael D qui nettoie en cours ses Reebok classik avec un blanchisseur ? Et qui a déballé un livre de boules à la prof  après qu’elle lui a demandé – Mickael que lisez vous ?- Mohamed Baklouti qui était à fond dans le hip hop et le  rap « qui sème le vent récolte le tempo » ? Ou encore Gregory L, celui à cause de qui l’expression « mytho » s’est introduit dans les salles de classe (qui était d’ailleurs la victime de la classe) ou de Kader B qui montrait ses fesses gratuitement…Bien sûr notre classe était à la norme de la parité. Il y avait toujours une meuf pour ramener sa grande gueule, dans la notre c’était Sonia Z. -Mais non les gars ça se fait pas- Il manquait juste la bombe. On n’avait pas de Jessica Alba, je crois que la meilleure c’était Karima F. On l’aimait bien Karima. Nous sommes mercredi. Il est midi, toute l’école est compressée dans le bus numéro 142 (l’équivalent du 183 d’Ivry- Vitry-Choisy-Orly). Le chauffeur démarre, une voiture s’amuse à klaxonner à répétition. Apparemment l’attention des passagers se porte sur cet Opel Corsa blanche. Au volant un des gars de ma classe, Hakim A avec bien sûr Kader. Il lâche un sourire aux passagers du bus, puis colle ses grosses fesses (poilus) à la vitre. Des barres… Je crois qu’à la base Kader n’avait pas de pudeur. Vraiment pas, il lui arrivait de se promener tout nu dans les couloirs pendant la récréation, en criant « ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !!! ». Ce qui était bien en cours, c’était nos échanges avec les profs. Le cours dégénérait automatiquement quand Kader commençait à chambrer les prof en live. Je me souviens que le prof d’anglais essayait de nous faire parler en anglais. Bien sûr ce n’était pas le pays des merveilles cette classe. Et nous avions quelques jeux violents. Avant chaque cours d’EPS, nous faisions des «  tous contre un ». La règle ? Très simple ! Désigner un gars et tous le savater, coups de poings, de pompes. Certains voyaient en ce jeu un exutoire. Tout le monde s’en mangeait plein la gueule. Sauf Mickael et moi, dès quelqu’un voulait nous porter un coup. On  utilisait chaise, coup de genou, coup de coude et autres techniques de la boxe thaï. Les mecs se déballonnaient. Par contre, quand c’était le tour de Gregory L, c’était l’inverse tout le monde se défoulait. Notre jeu a cessé le jour où il a reçu des coups au sol, qu’il a eu une crise d’asthme, qu’il a failli mourir. Non, le BEP comptabilité c’était bien, malheureusement on a été que trois à l’avoir. Aujourd’hui Kader est responsable chez Paul, il montre moins ses fesses. J’ai des nouvelles de Mickael qui nettoie toujours ses Reebok, et de Karima. Et tous te le disent, le BEP c’était mieux avant…

Rachid Santaki


La piscine de Saint Ouen (93)

29 juin 2009

Aujourd’hui les destinations pour les vacances d’été sont nombreuses : La Malaisie, La Polynésie, Les Etats Unis… Aucune ne vaut ma destination préférée, celle de Saint Ouen (Seine Saint Denis)

« Pendant que tu bronzes y a des gosses qui jouent au foot en bas de chez eux, et ils t’emmer****, j’ai grandi comme eux (Fabe  Quand je serai grand).

carrelage-en-pierre-naturelle-pour-piscine-129669C’est la fin du mois de juillet. L’année scolaire est terminée depuis plus d’un mois et ma fiancée de l’époque Virginie L. est en Italie, Bruno G quelque part en France avec ses parents, et moi ? Pas de Bled pour cette année, pour nous c’est Saint Ouen Plage. L’avantage de rester dans sa ville en été quand tu es un gamin de neuf ans ? Il n’y en a pas !!! Le programme est donc limité. Le matin c’est en bas de chez nous à jouer, rejouer et re-rejouer au foot. Mais après quelques jours à refaire les matchs de la coupe du monde jusque tard le soir, soit on en a marre, soit le ballon en a marre. Notre voisine, la vieille du Rez de Chaussée en a aussi marre que le ballon heurte son carreau quand on loupe nos tirs.

Alors pour changer, les jours d’après on trouve une activité, celle d’aller à la piscine. Bien sur, la piscine est payante, et en 1983 il n’y a pas tous ces systèmes de passeport de loisirs, chèque vacances et compagnie. Alors il faut trouver de la monnaie, car c’est  c’est elle qui dirige le monde, et c’est elle qui nous permet d’obtenir notre ticket d’entrée. Alors on instaure un système, en mode « gratteurs » devant la piscine – Monsieur il nous manque 50 centimes pour aller à la piscine – Mais c’est tellement mort en aout que mise à part les pigeons de Saint Ouen, les passants se font rares, du coup les 50 centimes aussi ! En plan B, on vend des cartes aux voisins que nous dessinons à l’arrache aux crayons de couleurs, au dos des prospectus de dépannage et plomberie qu’on a récupéré dans les boites aux lettres. Après ne pas avoir atteint notre Chiffre d’Affaire de quinze francs, nous comprenons aussi que pour ceux qui restent c’est la crise. Alors il nous reste une dernière solution : demander 5 francs à nos parents – On se levait à 6h00 du mat tellement excité alors qu’en réalité elle ouvrait à 09h00 !

La piscine de Saint Ouen est découverte en été. Elle n’est pas grande mais assez pour courir autour du bassin, se chamailler, et se casser la gueule. Le bassin est divisé en deux par un muret. On se tue à faire des plongeons la bombe, et les batailles d’eau. Alors qu’on s’éclate, les autres, ceux venu prendre des couleurs pour simuler des vacances imaginaires à Miami, ça les faisait chier. On a aussi un jeu, celui d’expirer l’air pour toucher le fond du bassin. Et parfois je me prends pour Marc Harrys, l’homme de l’Atlantide alors je nage sous l’eau. Si à la piscine il y a beaucoup d’action avec nos supers jeux, il y a la séquence « érotisme ».  Bien avant de découvrir les films de la 6, y avait les meufs de la piscine, celles qui font tomber le haut du maillot. D’ailleurs y a cette meuf qui se fait passer de la crème par son mec. A chaque fois que je viens, j’espère qu’il ne sera pas là, pour qu’elle soit en galère et qu’elle me demande de lui passer de la crème. Tu parles, il ne lâche pas le terrain, ni sa meuf. Il me reste alors comme alternative la vieille mais à la vue de sa poitrine gant de toilette, la fièvre retombait direct !

A la sortie de la piscine, c’est le grand moment ! Quand tu dis piscine, y a paquet de petit beurre qui va avec ! On termine la journée, les yeux rougis par le chlore, et ce paquet de gâteaux « Petit beurre », qu’on mache une demi heure. Niveau son, Farid et Sonia nous faisaient découvrir « Street Dance » de break Machine. Aujourd’hui, ils ont détruit la piscine pour en mettre une plus bling bling…

Rachid Santaki